Limonade aux fleurs de Sureau

/Limonade aux fleurs de Sureau

Limonade aux fleurs de Sureau

Quoi de mieux pour un premier article que de vous proposer une recette sauvage à partir d’une plante de notre bocage en pleine floraison en ce moment (Mai – Juin).  De son nom latin Sambucus  qui vient du grec sambûke : la flûte, le sureau porte bien son nom. En effet les branches curées de sa moelle peuvent devenir un instrument de musique. Ce sera alors l’occasion pour moi d’écrire un autre article sur  cet objet buissonnier.

Aujourd’hui nous allons nous intéresser plutôt aux fleurs car ce sont elles l’ingrédient principal de notre recette. En plus d’avoir des propriétés médicinales contre le rhume et les inflammations des voies respiratoires,  elles ont une odeur sucrée souvent associée à celle du litchi. (à vous de vous faire votre propre avis). Pour ma part,  j’associe cette odeur au printemps.

Voici les étapes à réaliser pour confectionner la limonade aux fleurs de sureau noir.

Étape n°1 : Identification du Sureau noir [Sambucus nigra]

Le sureau noir, est un arbrisseau de 2 à 10 mètres dont les rameaux sont verruqueux et remplis de moelle blanche à l’intérieur. Les feuilles sont opposées et composées de cinq à sept folioles* dentées  qui poussent un peu partout en Europe (lisière de forêt, talus, haies). Les fleurs  sont de beaux corymbes qui ressemblent à des ombrelles. Les fruits quant à eux sont des baies rouges qui se noircissent lorsqu’ils sont arrivés à maturité.

*foliole : Chacune des petites feuilles qui forme la feuille. Il faut chercher le bourgeon à la base du pétiole, s’il n’y en a pas c’est une foliole.

Étape n°2 : La cueillette !

Choisissiez les fleurs qui sont bien ouvertes et de préférence en milieu de journée pour qu’elles vous délivrent le maximum de leur parfum. Évitez bien sûr de cueillir  les fleurs trop près d’une route car elles risquent d’être souillées par les gaz d’échappement. Comptez environ 8 ombelles pour 4,5L de limonade.

Étape n°3 : la préparation

Ne lavez pas les fleurs car elles perdraient  leur pollen. Gardez uniquement  les petites fleurs blanches en les équeutant avec une paire de  ciseaux par exemple. Si vous laissez un peu de tige votre breuvage aura un goût plus amer.

Mettez dans la bonbonne pour 4,5L de limonade :

  • 470g de sucre
  • 1 citron plus un ½ coupé en tranche et pellé, surtout s’ils ne sont pas BIO
  • 8 sommités de fleurs
  • 2,5 cuillères à café de vinaigre de cidre

Vous pouvez rajouter aussi des raisins secs pour celles et ceux qui les aiment.

Mélangez bien, sentez-vous l’odeur délicate du Sureau se répandre ?

Étape n°4 : Attendre

Recouvrez la bonbonne d’un torchon et attendez 4 à 5 jours, dans un endroit chaud ou dehors au soleil, en remuant deux fois par jour. Remuer le liquide est indispensable pour que les bonnes bactéries activent la fermentation.

Au bout du quatrième ou du cinquième jour, vous devriez constater quelques bulles lorsque vous mélangez, c’est bon signe !

Étape n °5 :  La mise en bouteille

Filtrer votre mixture pour ne garder que le liquide à l’aide  d’un chinois ou d’un entonnoir recouvert d’un filtre à café. Pour éviter que les bouteilles éclatent, remplissez-les le plus possible pour laisser le moins de place à l’air libre.  Choisissez des bouteilles équipées de crochets qui sont normalement faites pour supporter la pression.

Étape n°6 : Surveiller

Laissez les bouteilles fermées au moins deux semaines dans un endroit pas trop chaud et sans lumière. C’est la prise de la mousse : le liquide continue à fermenter dans les bouteilles et forment les bulles. Plus vous laisserez la boisson fermenter plus elle sera alcoolisée,  mais uniquement entre 1 à 3 °C.

Étape n°7 : Dégustation !!!

Mettez votre bouteille au réfrigérateur pendant quelque temps pour qu’elle soit fraiche. Ne vous amusez pas  à  la secouer lors de l’ouverture,  vous risqueriez d’arroser tout le monde !

Bonne dégustation

J’attends vos retours en commentaire  sur cette recette en espérant quelle vous aura désaltérés.

2017-05-24T14:41:06+00:00

2 Comments

  1. camille 31 mai 2017 at 15 h 33 min - Reply

    coucou!
    je viens d’en faire (ce we) pour une anim, avec le sureau derrière chez moi déjà à moitié défleuri !!!
    n’ayant pas retrouvé ma recette « fétiche », j’ai regardé sur le net … et beaucoup de recettes indiquent de mettre du vinaigre blanc (dans la tienne, du vinaigre de cidre).
    je n’en ai jamais mis.
    sais-tu à quoi ça sert ?

    sinon, à ma connaissance, les raisins (ou ça peut être des figues, utilisées dans la recette du kéfir, même effet) servent surtout à indiquer le moment où la préparation est prête, en remontant à la surface, c’est le signal ! de la fin de la fermentation.

    j’en referai avec du vinaigre de cidre pour voir la différence.

    bizzz

    cam 😉

    • Nature et Sac à Dos 31 mai 2017 at 21 h 51 min - Reply

      Salut Camille,
      Si j’ai remplacé le vinaigre blanc par celui de cidre c’est plutôt par goût, même si celui ci ne se révèle pas trop il donne un petit goût fruité.
      Effectivement tu as raison pour les fruits mais je ne suis pas trop fans des raisins donc j’ai préféré faire sans. Quand tu tournes la mixture en fin de macération tu aperçois assez facilement les bulles qui se forment.
      tiens moi au courant pour le résultat de ta boisson !
      A bientôt

Laisser un commentaire