Un jardin botanique sur nos trottoirs

/Un jardin botanique sur nos trottoirs

Un jardin botanique sur nos trottoirs

La notion de propreté est propre à chacun, il n’y a qu’à observer les perrons de nos immeubles, de nos maisons. Oui oui, je vous assure, regardez les plantes qui poussent dans les interstices de nos trottoirs ou en bordure des façades.  Ils peuvent être :

  • libres avec des pieds de Plantains, Pissenlits ou bien de Vergerettes.
  • Entretenus de façon jardinière avec des Roses Trémières, Coquelicots, Centranthe.

    Rose trémière

  • Entretenus mais de façon libre : les plantes sauvages peuvent être sélectionnées pour privilégier celles qui n’ont pas de système racinaire trop fort ou une dispersion de graines trop grande. Nous pourrons donc retrouver la Cymbalaire, Mouron rouge, Capselle bourse à pasteur.

Fenouil commun

  • Le désert : effectivement de nombreuses personnes arrachent, binent, voire pulvérisent des produits phytosanitaires pour détruire le peu de vie qui subsiste dans nos rues.

Si vous faites partie de la quatrième catégorie, ne fuyez pas ! Je vais essayer de vous faire changer d’avis sur ces plantes du quotidien qui nous paraissent anodines.

Pourquoi ne faut-il pas créer de désert devant nos logements : (service écosystémique des plantes urbaines)

  • Tout d’abord, les plantes régulent l’atmosphère, à petite contribution car nous parlons certes de plantes de petites tailles mais mises bout à bout, elles aident à réguler les températures trop chaudes de l’été.
  • Les plantes réduisent la pollution atmosphérique
  • Elles vous offrent le couvert : vous pouvez très bien planter des légumes ou des fruits mais il existe également un grand nombre de plantes sauvages qui pourront égayer vos plats.
  • Elles offrent le gîte et le couvert à de nombreux animaux comme les insectes mais aussi les reptiles, les oiseaux …

Criquet

  • Elles deviennent un corridor écologique pour de nombreuses espèces. Un corridor est une route que les animaux empreintes car elles sont plus sécurisées  grâce aux plantes qui les protègent de leur prédateurs.
  • Un lieu culturel, un musée à ciel ouvert ou plutôt un jardin botanique !  vous n’avez qu’à regarder les travaux de Madame Soulard qui met de la poésie sur nos trottoirs (http://www.rfi.fr/mfi/20140801-france-environnement-nantes-belles-bitume-trottoirs-plantes-sauvages/)
  • Freinent les ruissellements lors de fortes pluviométries

Millepertuis perforé

Mais, nous ne le cachons pas,  le revers de la médaille existe. Les plantes ont aussi des côtés néfastes comme :

  • L’altération des infrastructures urbaines
  • Le développement des allergies
  • L’introduction des espèces invasives

 

Si je peux vous donner un conseil, sélectionnez, plantez (mais évitez les plantes exotiques et invasives), car les plantes deviennent de véritables refuges à biodiversité. Elles ont le mérite de pousser dans des conditions extrêmement difficiles et nous pouvons à notre tour les respecter.

2018-07-04T19:00:24+00:00

Laisser un commentaire